2 astuces pour améliorer facilement son attention en classe

Photo by Taylor Wilcox on Unsplash

[Primaire] [Collège]

Après avoir défini attention et concentration et proposé deux exercices de découverte, j’aimerais à présent partager deux astuces qui permettent à un enfant ou un adolescent d’améliorer facilement son attention en classe.

Le petit reporter


Il existe une astuce toute simple consistant à demander à votre enfant de suivre une leçon comme un reporter en herbe.

C’est-à-dire de suivre un cours de telle façon qu’il puisse ensuite en faire un compte-rendu à une personne extérieure au cours. Cette personne peut être un autre enfant ou un adulte.

Pourquoi?

Lorsque l’on sait à l’avance que l’on doit écouter, regarder, comprendre une notion pour ensuite en faire le rapport à quelqu’un d’autre, l’attention se modifie positivement et la concentration s’améliore. On se sent comme investi d’une mission : faire un “reportage” fidèle de ce dont on a été témoin.

Les sens s’aiguisent pour faire entrer les informations et l’attention s’intensifie.

Cette posture simple peut être pratiquée à tout âge et en toute circonstance dès lors que l’on souhaite optimiser un apprentissage.

Ceci étant posé, demander à votre enfant de jouer les reporters sans l’étape suivante serait vain.

Le debriefing du soir


Cette seconde étape peut s’effectuer indépendamment de la première, mais sera optimisée par le jeu du petit reporter.

Tous les soirs, questionnez votre enfant ou votre adolescent sur sa journée de classe ou de cours :

  • Première question incontournable : comment s’est passée ta journée?
  • Comment te sens-tu?
  • Quel cours as-tu reçu aujourd’hui? Quelles matières?
  • Qu’as-tu appris d’important? Qu’as-tu retenu?
  • Qu’est-ce que tu as apprécié ou détesté?
  • Qu’as-tu mangé ce midi à la cantine ou au self?
  • Comment se sont passées tes récréations?
  • T’entends-tu bien avec tes camarades?
  • As-tu de bons rapports avec ton ou tes instituteur(s) ou tes professeurs?
  • Y’a-t-il quelque chose dont tu aimerais parler?
  • Etc.

Dans un premier temps, les enfants qui ne sont pas habitués à communiquer sur leur journée, pourront être surpris par ces questions et se sentir comme épiés ou “fliqués”.

C’est normal, la mise en place du debriefing du soir doit être progressive. L’enfant s’habituera petit à petit à être de plus en plus précis dans ses réponses, tout comme vous serez de plus en plus précis dans vos questions, sans toutefois s’immiscer dans son jardin secret.

Commencez par des questions fermées simples, pour aller vers des questions de plus en plus ouvertes.

1er avantage : développer son expression orale


J’ai souvent remarqué chez mes élèves un manque d’aisance à s’exprimer à l’oral, à faire des phrases bien construites, à structurer leur pensée et organiser leurs idées.

Une bonne expression orale est un prérequis indispensable à une bonne expression écrite, elle en est la suite logique.

Prenez le temps d’aider votre enfant à reformuler ses phrases, employer les bons temps, corriger les tournures impropres.

Le langage oral a préexisté au langage écrit, le Parole avant l’Écriture, le Son avant le Signe.

2ème avantage : déceler des conflits ou détecter des mal-être


Un jour, lors d’une séance dans le van avec une collégienne accompagnée de sa maman, je leur propose de mettre en place cette technique de compte-rendu du soir.

Pour donner l’exemple, je commence alors à questionner A. sur sa journée. De fil en aiguille, j’en arrive aux questions concernant l’ambiance dans les cours et que découvrons-nous alors moi et sa maman : A. se plaint d’être régulièrement dérangée pendant le cours de mathématiques par une camarade de classe la sollicitant sans arrêt (bavardage, demande de fournitures).

A. avoue être perturbée par ces sollicitations répétées qui diminue sa concentration et la font décrocher. La maman contactera le professeur principal dès le lendemain afin de modifier discrètement le plan de classe et éloigner A. de sa camarade perturbatrice.

Cette élève confiera par la suite avoir été soulagée par ce changement de place. Ce qui ne l’empêchera pas pour autant de retrouver cette amie pendant les pauses.

Pour finir, cet exercice du debriefing offre un champ d’expression à l’enfant, d’autant plus lorsqu’il est introverti. Il permet de lui faire prendre conscience du déroulement de ses journées, de sa place à l’école et de ses sources de mal-être tout comme d’épanouissement.

En résumé

Demandez à votre enfant de jouer au petit reporter pendant ses heures d’enseignement.

Cibler une seule matière dans un premier temps, puis élargir lorsque l’enfant augmente ses capacités de concentration.

Pratiquez le debriefing du soir : votre apprenti reporter aura alors l’occasion de faire son compte-rendu et d’évoquer les temps forts de sa journée.

Ces deux astuces développent l’attention, la mémorisation, l’expression orale et le repérage dans le temps.

Vous pensez que ces deux astuces très simples peuvent profiter à des enfants et leurs parents, partagez cet article sur les réseaux sociaux.
Merci.

Bon apprentissage à tous!

Marie Génoist

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *